vendredi 30 mars 2012

L'industrie aux champs ou en sabots

La taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne (Doubs)



L'industrialisation de la France s'est faite avant tout par le rôle d'atelier disséminés dans les campagnes. La taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne en est un parfait exemple : sous les apparences d'une ferme, se trouve un atelier de fabrication d'outils taillants (faux, bêches, etc). L'établissement a recours à la technologie de la roue hydraulique et utilise pour ses forges les ressources des forêts voisines. La main-d'oeuvre provient essentiellement des environs, où il existe une tradition du travail du fer.

L'établissement, tenus par les frères Philibert, atteint son apogée entre 1900 et 1914 : il livre alors annuellement 20000 faux et 10 000 autres taillants, soit le vingtième de la production française en ce domaine. Il y a bien là un type original d'industrialisation.





Voir Claude-Isabelle BRELOT, Jean-Luc MAYAUD, L'industrie en sabots. La taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne (Doubs), Paris, Garnier,1982, 277 p.

cote BU : 631.3 BRE





Aucun commentaire:

Publier un commentaire