vendredi 13 avril 2012

La candidature officielle

Le contrôle du suffrage universel durant le Second Empire


Si le Second Empire a confirmé le suffrage universel masculin établi en 1848, celui-ci a été étroitement contrôlé. Le gouvernement met tout en oeuvre pour que les électeurs sachent qui est le candidat à la députation soutenu par le régime. Les préfets et sous-préfets les aident à faire campagne, les finances publiques paient l'impression de leurs profession de foi et des bulletins de vote à leur nom. Voici deux textes qui éclairent cette pratique :


Les consignes du ministre de l'Intérieur aux préfets

            … Dans les élections qui se préparent, le peuple français a un rôle important à remplir. Mais ici quel ne serait pas son embarras sans l'intervention du gouvernement ! Comment huit millions d'électeurs pourraient-ils s'entendre pour distinguer, entre tant de candidats recommandables à tant de titres divers et sur tant de points à la fois, deux cent soixante et un députés animés du même esprit, dévoués aux mêmes intérêts, et disposés également à compléter la victoire populaire du 20 décembre. Il importe donc que le gouvernement éclaire à ce sujet les électeurs. Comme c'est évidemment la volonté du peuple d'achever ce qu'il a commencé, il faut que le peuple soit mis en mesure de discerner quels sont les amis et quels sont les ennemis du gouvernement qu'il vient de fonder.
En conséquence, Monsieur le Préfet, prenez des mesures pour faire connaître aux électeurs de chaque circonscription de votre département, par l'intermédiaire des divers agents de l'administration, par toutes les voies que vous jugerez convenables, selon l'esprit des localités et, au besoin, par des proclamations affichées dans les communes, celui des candidats que le gouvernement de Louis-Napoléon juge le plus propre à l'aider dans son œuvre réparatrice. Je vous recommande surtout, Monsieur le Préfet, de mettre l'intérêt de l'État au-dessus des questions de personnes.
Le gouvernement ne se préoccupe pas des antécédents politiques des candidats qui acceptent avec franchise et sincérité le nouvel ordre des choses ; mais il vous demande en même temps de ne pas hésiter à prémunir les populations contre ceux dont les tendances connues, quels que soient d'ailleurs leurs titres, ne seraient pas dans l'esprit des institutions nouvelles.
           
Circulaire de Persigny, ministre de l'Intérieur, aux préfets, 11 février 1852.



L'intervention des maires en faveur du candidat officiel

Électeurs de Vouzon,
Vous êtes appelés à venir déposer vos votes à la mairie les dimanche et lundi 31 mai et 1er juin prochains, pour nommer un député au Corps Législatif.
Vous n'oublierez pas tous les bienfaits dont l'Empereur a comblé notre commune à ses différents passages, secours pour les pauvres, secours pour notre église, don de la pompe à incendie.
Électeurs de Vouzon, vous prouverez notre reconnaissance à l'Empereur en donnant vos voix à l'honorable M. Clary, recommandé par le Gouvernement et par les services qu'il a rendus au département.
Vous n'oublierez pas qu'il vient encore de venir au secours de notre commune, en obtenant pour nous une somme de deux mille francs pour notre église dont nous ne pouvions payer les dépenses.
Électeurs de Vouzon, unissez-vous donc tous pour porter vos votes sur M. Clary qui seul représente la pensée de l'Empereur votre auguste Bienfaiteur…
Électeurs de Vouzon, votre maire compte sur votre dévouement pour le gouvernement qui veut votre bien-être.
Vouzon, le 22 mai 1863, le maire de Vouzon

            Appel du maire de Vouzon (canton de Lamotte-Beuvron) reproduit par Georges DUPEUX, Aspects de l'histoire économique et sociale du Loir-et-Cher, 1848-1914. - Paris, École Pratique des Hautes Études, 1962, p. 390
            G. DUPEUX ajoute que 241 électeurs sur 332 inscrits ont voté. 240 ont donné leur suffrage à M. Clary.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire